Journée galette des rois


Tandis que les bleus (scouts/guides) étaient en week-end sur Antibes, les oranges (louveteaux/jeannettes) s’étaient donnés rendez-vous devant l’église Sainte-Thérèse le matin.
Les oranges attaquent l’après-midi par la rédaction de la loi de la peuplade. Les jeux s’enchaînent ensuite et les rouges (pio/cara), arrivés pour le pique-nique, les rejoignent.
Ensuite les loulous envahissent les jeux d’enfants à proximité en attendant les parents et les bleus qui viennent d’exflora à pied.

Après la lecture d’un texte de Saint-François d’Assise et quelques actualités du groupe, nous passons au tirage des rois.


Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant
à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.